35 logements à Evry en accession social

1 rue Alexandre Soljenitsyne - I3F

35 logements à Evry en accession social

1 rue Alexandre Soljenitsyne - I3F

  • Maître d'ouvrage : Immobilière 3F
  • Situation : 1 rue Alexandre Soljenitsyne - EVRY 91
  • Programme : Construction de 35 logements sociaux en accession
  • Équipe : NOA mandataire, BETEM BET TCE, BAGOT ENTREPRISE
  • Superficie : 2452 m² SDP
  • Coût : 3,6 M€
  • Performance : RT 2012-20%
  • Phase : PRO en cours
  • Date : 2017-2019

LE CONCEPT ARCHITECTURAL

 

Parcelle

Le terrain est de forme triangulaire pour une surface d’environ 2052m². Accessible par ses trois côtés il est comme une "île" au milieu du paysage environnant.

Enfin, l'une des caractéristiques du terrain est sa topographie qui présente un dénivelé d'environ 2,70m au sud de la parcelle.

 

Porosité

L'architecture du bâti est une architecture qui cherche à tisser des liens avec son environnement. Elle ne cherche pas à faire obstacle au paysage, elle est le médiateur qui oriente et cadre les vues en créant des surprises pour le promeneur.

Le projet est composé de trois petites unités dispersées aux trois angles de la parcelle.

La disposition du bâti en plot permet d'aérer le site, de laisser entrer la lumière dans l'îlot et d'ouvrir des perspectives visuelles vers les espaces alentours.

Le premier plot s'implante à l'alignement sur la rue Soljenitsyne le long de la limite nord. Directement en relation avec la rue, il accueille les services de l'immeuble et l'entrée du parking. Les deux autres plots sont implantés en retrait entre 3 et 7m environ des limites de la parcelle.

Ce retrait sur la limite de terrain enveloppe le bâti d'une ceinture végétale qui crée la transition avec l'espace public et agrémente les pieds d'immeuble de jardins privés arborés. Ces jardins marquent un seuil végétal pour les logements du RDC.

 

Trois "rochers"

Le projet est pensé comme la métaphore de trois rochers qui émergent d'un jardin. Cette métaphore offre la possibilité de développer des formes plus souples pour les bâtiments qui épousent le terrain et le paysage arboré alentour. La forme du bâti est par conséquent plus organique et naturelle.

Ces trois rochers semblent sortir de terre comme des excroissances du terrain. Ils sont des éléments paysager à part entière instaurant un dialogue entre architecture et nature.

Leur disposition éparpillée sur le site libère des vues traversantes de part et d'autre du terrain et des correspondances avec les alentours.

Des retraits successifs en attique éloignent les vis-à-vis entre plot.

 

Accessibilité

L'accès principal de la résidence se fait au niveau de la rue Soljenitsyne (79.65NGF).

Un accès secondaire  permet de desservir le niveau haut de la parcelle et les bâtiment 1 et 3 directement par la voie de bus.

Enfin, un dernier accès permet de rejoindre la partie sud du site et la sente piétonne sur l'allée Victor Hugo.

La placette centrale d'entrée de la résidence se prolonge d'un réseau de deux sentes piétonnes pour desservir les trois plots de logements.

Chaque unité est desservie par une cage d'escalier éclairée naturellement. Elle offre une porosité maximum sur les cheminements piétons reliant les bâtiments entre eux. Les cages d'escaliers vitrées sur l'extérieur, marquent une césure verticale, un repère qui rythme et anime la sente piétonne.

La porosité du bâti en plot génère des percées visuelles sur le cœur d’îlot, créée une correspondance entre les jardins intérieurs, les cheminements, les espaces verts environnants et assure une véritable continuité paysagère.

Afin d’offrir d'avantage de porosité sur la rue, les services commun de l’opération (boîtes aux lettres, local vélos, local ordures ménagères) sont regroupés au RDC du bâtiment 1, accessible depuis la placette centrale à l'entrée principale sur la rue Soljénitsyne. Ils font la transition entre l’espace public de la rue et l’espace privé des logements. Le local vélos est largement ouvert et traité comme un « repère » sur l’entrée. Sa façade en serrurerie à barreaudage vertical filtre les vues et la lumière. Elle permet de profiter d’un éclairage naturel le jour et de devenir un repère lumineux la nuit, marquant ainsi l'entrée de la résidence.

 

Une architecture-paysage

Les bâtis sont construit comme un paysage composé de plusieurs strates. La volumétrie du bâti, compact en partie basse, est sculptée en attique.

Une première strate dessine un socle mettant en relation l'architecture avec le sol et le jardin. La cime accueillant les duplex est plus aérienne rythmée par des retraits successifs dégageant de larges terrasses.

Ce retrait sur la limite de terrain enveloppe le bâti d'une ceinture végétale qui crée la transition avec l'espace public et agrémente les pieds d'immeuble de jardins privés arborés. Ces jardins marquent un seuil végétal pour les logements du RDC.

Enfin, les toitures terrasses végétalisées constituent véritablement la cinquième façade de l'immeuble pour les bâtiments alentours.

La cime du bâti est traitée comme un élément architectural à part entière.

Les trois bâtis s'intègrent dans le paysage comme des excroissances minérales et végétales du jardin.

Les toitures terrasses végétalisées sont composées de végétation de type extensive nécessitant très peu d’entretien.