28 logements sociaux à Pierrefitte

ZAC des Tartres - OPH 93

28 logements sociaux à Pierrefitte

ZAC des Tartres - OPH 93

  • Maître d'ouvrage : OPH 93
  • Situation : ZAC des Tartres - lot 2Z- Pierrefitte sur Seine (93)
  • Programme : 28 logements sociaux sur un niveau de parking
  • Équipe : NOA Architecte Mandataire, TPFI BET TCE
  • Superficie : 1936 m²
  • Coût : 3 200 000 €
  • Performance : RT 2012 / H&E Profil A
  • Phase : Chantier en cours
  • Date : 2013-2018

L’îlot 2Z est situé au nord-ouest du quartier des Terrasses à Pierrefitte sur Seine. Il bénéficie d’un emplacement privilégié dans le quartier puisqu’il borde la future digue de l’étang et profite d’un vis-à-vis très dégagé au sud le rendant très visible depuis l’espace public. Le bâtiment se développe en lanière bordant l’espace public. Il s’ouvre au sud-ouest sur la voie nouvelle et à l’est sur un jardin paysager de cœur d’îlot. 

Le projet propose l’aménagement de 28 logements intermédiaires : 8T2, 14T3 et 6T4. Les logements fonctionnent comme des petites maisons individuelles superposées. Ils sont desservis par l’extérieur, traversant sur l’espace public et le jardin intérieur. Tous les logements sont prolongés d’un espace extérieur généreux matérialisé par des terrasses ou des balcons permettant d’étendre l’espace de vie sur l’extérieur. Il s’agit d’un habitat intermédiaire, une aspiration à un habitat « libéré » et plus individualisé. Une architecture offrant un mode d’habiter qui réconcilie le rêve de la maison individuelle et les impératifs écologiques. Rationnelle par l’optimisation de chaque espaces, dans la compacité de ses volumes, non énergétivore et sans perte d’espace.

Le projet urbain du quartier des Terrasses est construit sous forme d’un réseau de canaux nord-sud venant irriguer latéralement des bâtis en lanières. Il emprunte un vocabulaire aux champs lexical de l’eau : les Digues, l’étang, les noues… La future construction sur le lot 2Z est la terminaison d’une de ces lanières. Elle est la « tête » de l’îlot profitant de sa position de belvédère sur la ville. Nous avons voulu proposer une architecture en hommage à cet univers aquatique. Une architecture vibrante, ondulante, miroitante en communion avec la ville et le paysage.

La volumétrie sur la façade ouest sculpte, en cime du bâti, une silhouette urbaine découpée sur la Digue des Potagers. Le bâti offre un épannelage varié en R+3 avec deux émergences à R+4. Cet épannelage est accentué par une seconde enveloppe faisant osciller la cime des bâtis de R+2 à R+4. Cette enveloppe est matérialisée par une résille en aluminium de ton bleu-vert à perforations variables rappelant les couleurs aquatiques. Le métal est un matériau brillant qui capte les rayons du soleil et les morceaux de paysage. Léger, façonné, plié, découpé, lumineux, le métal mute au grès du temps, des saisons et des heures de la journée. La façade ondule en accompagnant le promeneur.